Quand l’Europe s’attaque aux Européens

eurogenfor

Le 12 mars 2012 l’assemblée nationale a ratifié un traité portant sur la création de la force de gendarmerie européenne EUROGENDFOR. Bien que l’activité de cette force armée européenne se limite pour le moment à des terrains hors de l’Union Européenne, les révoltes grandissantes des populations subissant les mesures d’austérité de la troïka amènent certains observateurs à à postuler une éventuelle intervention de cette force au sein même de l’UE…

Au nom de la propagation de la politique européenne de défense et de sécurité dans le monde, une entité militaire a été imaginée dès 2004 : la Force de gendarmerie européenne (FGE).

C’est l’ancienne ministre de la Défense française, Michèle Alliot-Marie, qui est à l’origine de ce regroupement dont le siège est à Vicenza, en Italie. Objectif affiché : « répondre aux évolutions des crises internationales ». La ministre française propose alors à l’Espagne, l’Italie, le Portugal, les Pays-Bas et la France, qui disposent de forces de police à statut militaire, de travailler ensemble à la création de cette force européenne. L’idée est d’effectuer des missions de sécurité publique au profit d’une force militaire.

Une force en expansion

La FGE a pour vocation de servir prioritairement la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l’Union européenne. Mais elle peut également être mise à la disposition de l’ONU, de l’OTAN, de l’OSCE ou d’une coalition internationale. Selon le site du ministère français de la défense, cette force européenne « vise à combler le manque opérationnel constaté entre le moment où des forces armées entrent sur un théâtre d’opérations et le moment où des forces de police peuvent y remplir normalement leur mission ».

Composée de ses cinq membres à sa fondation, la FGE attire d’autres pays. En 2008, la Roumanie a rejoint la force européenne. La Belgique et la Pologne souhaiteraient faire intégrer des membres de leurs polices nationales respectives au sein de cette unité qui peut compter jusqu’à 2300 personnes.

La FGE intéresse les autres États de l’union car elle travaille à résoudre les crises mais aussi à les avorter en luttant notamment contre le terrorisme et le crime organisé. C’est également une unité très réactive qui peut déployer une force d’intervention de 800 hommes dans un délai de 30 jours.

Gérer des sorties de crise

C’est dans un pays en sortie de crise comme la Bosnie-Herzégovine que la FGE a effectué sa première mission en 2007, au sein de l’opération ALTHEA pour l’Union Européenne. Pendant trois ans, les hommes de la FGE ont aidé le pays à créer les conditions d’un environnement sécuritaire sûr par leur présence puis par la formation d’équipes locales restées sur le terrain.

En 2010, les forces de la FGE débarquent en Haïti. L’île touchée par un violent séisme, qui a fait 220 000 victimes, a besoin d’aide pour gérer la crise humanitaire et éviter la montée de violences. Des unités de police françaises et italiennes sont déployées pour aider les forces de police du pays à gérer l’après-séisme en les formant aux techniques d’intervention.

Enfin, depuis 2009 des équipes de la FGE ont été envoyées en Afghanistan pour former et conseiller la police nationale afghane dans son processus de transition qui précède le retrait définitif des troupes de l’OTAN du pays. Avec les centaines d’hommes présents sur place, c’est la plus grosse opération confiée à la FGE depuis sa création.

A l’intérieur des frontières

L’existence de la FGE, autrement connue sous le nom anglais d’Eurogendfor, s’est jusqu’à présent limitée à une intervention militaire à l’étranger. Ce pourquoi elle a été créée, il y a huit ans. Déployés à différents moments d’une crise, ces gendarmes européens ont pour mission de rétablir l’ordre public sur des terrains en guerre ou instables politiquement.

La FGE sort-elle de ses prérogatives lorsqu’elle opère au sein même de l’Union Européenne ?

Certaines rumeurs font en effet état d’une prochaine intervention de la FGE en Grèce. Difficile de dire quand exactement, aucune information vérifiable n’ayant été donnée pour l’instant à ce sujet. Néanmoins l’article 4 du traité encadrant l’activité de cette force, et ratifié le 12 mars 2012 par notre assemblée nationale, stipule qu’elle peut intervenir « pour protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics » sans autre précision. L’impact d’une intervention de la FGE en Grèce afin de maintenir « l’ordre public » serait terrible. Peut-on raisonnablement comparer les manifestations qui s’accentuent en Grèce et en Espagne depuis des mois contre les plans d’austérité dont sont victimes les populations de ces pays, à des terrains de crise comme l’Afghanistan ?

Il semble excessif et dangereux de répondre au mécontentement populaire grec par l’envoi de forces militaires telles que la FGE. La crise grecque est d’ordre économique et sociale, c’est le sentiment d’un manque de dialogue et de compréhension qui pousse la population à sortir dans la rue pour y crier sa colère. Comment les Grecs pourraient-ils se sentir compris et écoutés dans leurs revendications si, pour seule réponse, on leur envoie des hommes armés, venus se substituer à la police nationale ? Si la FGE a bien pour mission de gérer et d’empêcher les crises, on est en droit de douter que l’envoi de ce type de troupe dans un pays membre de l’UE constitue le meilleur moyen d’enrayer la crise qui y fait rage, et de redonner à l’UE une crédibilité d’ores et déjà détruite dans ce pays.

BF

Sources :

http://www.eurogendfor.org/

http://www.defense.gouv.fr/gendarmerie/presence-dans-le-monde/fge/la-force-de-gendarmerie-europeenne

http://www.choix-realite.org/6289/eurogendfor-larmee-privee-de-lue-prete-au-depart-pour-la-grece

http://lupocattivoblog.wordpress.com/2010/03/09/was-versteckt-sich-hinter-eurogendfor-mit-eu-besetzungsrecht/

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-eurogendfor-intervention-en-grece-imminente-112276586.html

S'abonner à l'audible

Laisser un commentaire

Les balsas HTML de base sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

S'abonner aux commentaires via RSS

Unable to load the Are You a Human PlayThru™. Please contact the site owner to report the problem.